Mon 1er Half Ironman® à Gravelines

I did it !!! Il y a deux semaines je bouclais mon premier Half Ironman® au Chtriman de Gravelines, quelle expérience !

Il est temps de vous raconter cette aventure que je préparais assidûment depuis 4 mois 🙂

Half Ironman® : la semaine d’avant

Je décrirais cette semaine pré half totalement stressante ! Moi qui étais très confiante jusqu’à la fin de ma prépa, il se trouve qu’une douleur au genou s’est installée sur ma dernière sortie vélo le dimanche précédant la course et m’a empêchée de faire les 100 bornes que j’avais prévus. J’ai quand même tenté la course à pied juste après et ouf, pas de douleur ! 6 km dans une chaleur étouffante au lieu des 12km prévus qui ont eu raison de ma bonne humeur 🙁 J’ai fini dévastée, totalement inquiète quant à ma course qui allait avoir lieu la semaine suivante, probablement dans les mêmes conditions avec des températures avoisinant les 27°… au secours !

Le doute s’est installé et ne m’a pas quitté jusqu’au samedi, « est-ce que je vais avoir mal ? », « est-ce que je vais devoir arrêter ? », « j’ai fait tout ça pour rien ? »…. J’essayais de ne pas y penser mais je me suis rendu compte après ma course à quel point j’étais tendue toute cette semaine.

Heureusement le vendredi j’ai retrouvé mes amis de Versailles, cette petite bande joyeuse qui m’a redonné du baume au coeur et m’a fait complètement déstresser, merci à vous ! Logés dans un air bnb à Sangatte, l’ambiance vacances a aidé pour beaucoup à ne plus trop penser à la course et profiter du moment présent avec les copains.

sangatte

Samedi : petit dej aux croissants et pains au chocolat, balade sur la plage et direction le Parc des rives de l’Aa pour aller encourager Maxime, Agnès, Cécile et Guillaume qui faisaient le S. Quelle belle journée ! Voir tous ces triathlètes confirmés ou en devenir faire la course avec le smile jusqu’aux oreilles 🙂 Tous ont souffert sur la course à pied à cause de la chaleur mais ça n’empêche, ils étaient tous ravis ! Quel plaisir d’encourager tous mes amis et collègues !

Retour fin d’aprem à Sangatte, baignade dans la piscine et dîner avant de se coucher pas trop tard pour être d’attaque dimanche !

Haf Ironman® : le jour J

Après une bonne nuit de sommeil me voilà fin prête pour affronter cette journée : let’s do this ! Petit dej, préparation des affaires et direction Gravelines 🙂

Je suis 10 fois trop en avance mais je sais que cela m’évite un stress inutile. Je prends mon temps pour organiser mes affaires dans le parc à vélo et je retrouve mon Papa et mes amis avant le grand départ !! Je suis tellement heureuse que mon père soit là pour m’encourager, c’est la première fois qu’il vient sur un triathlon 🙂 Je charge mes amis de lui indiquer les meilleurs endroits où se positionner pour me voir. Combi zipée, je leur dis au revoir et me dirige vite vers le départ, il faut nager jusqu’à l’autre bout du bassin et les filles sont déjà dans l’eau ! Une fois sur la ligne de départ je ne ressens plus aucun stress, ça y est j’y suis et il n’y a plus qu’à ! J’ai hâte d’en découdre !

depart-nat-chtiman113

La natation : un pur bonheur

Le pistolet retentit, go ! J’attends 2 secondes que les filles se mettent en marche pour regarder où je dois me placer pour ne pas être gênée et j’y vais, c’est parti pour 1900m de nat. Maintenant que j’ai la combi néoprène Aptonia je suis beaucoup plus sereine sur les départs et je n’ai plus cette sensation de suffoquer. Encore une fois ca se présente bien et je pose vite ma nage, un peu gênée par celles de devant au début mais ça ne dure pas longtemps. Je cherche la corde sous l’eau et la trouve rapidement, je ne la quitterai plus jusqu’à la fin. Quelle trouvaille, merci Christophe ! Ca me permet d’avoir une nage régulière et de ne pas lever la tête trop souvent, le pied ! Je prends un plaisir fou pendant cette nat, l’aller me paraît un peu long mais au retour ça passe plus vite et surtout : j’accélère ! C’est là que je me rends compte que je pourrais me faire un peu plus violence sur la nat mais il s’agit là avant tout de GERER. Je pense aux 90km de vélo m’attendent derrière…

J’aperçois l’arrivée, j’accélère pour doubler les deux filles à côté de moi et à peine les pieds posés au sol je me sens hissée par les bénévoles sur le tapis, c’est génial ! J’oublie que le zip est inversé sur ma combi et je le cherche au niveau de mon cou…arghhh, quand je me rends compte que je  dois tirer de bas en haut je suis déjà arrivée dans le parc à vélo. J’entends les encouragements sur mon passage, ça fait trop du bien !

nat-chtriman-2019

Le vélo : une épopée bien trop longue à mon goût !

Après la transition la plus longue de toute ma vie (le temps de mettre mes chaussettes pour le vélo, une première pour moi) et un petit bavardage avec ma voisine d’emplacement (trop contente de ne pas s’être fait doubler par les mecs qui partaient 15 minutes après nous :)) me voilà partie pour la partie que je redoute le plus : les 90km de vélo. Au début tout se passe bien, je profite du paysage et maintiens un rythme de 28km/h sur la 1e boucle, vamos Charly !! Cependant je vais vite déchanter, je commence à avoir mal aux fesses au bout de 40km, et ce vent qui souffle, qui souffle et s’intensifie au fur et à mesure des kilomètres… Et tous ces mecs qui passent en peloton, à l’aise… Comme je les envie 🙂 Tant et si bien que quand l’opportunité se présente je n’hésite pas une seconde et je me colle dans la roue de Thierry qui a un dossard vert, ce qui signifie qu’il est en train de faire l’Ironman. J’en profite pour me reposer un peu mais mon plaisir sera de bien courte durée, au bout de quelques minutes j’entends une moto se rapprocher et bim ! Je vois l’arbitre qui brandit son carton bleu et crie « 108 carton !! » F… Bon tant pis, j’aurai une pénalité et alors ? Les quelques triathlètes devant se prennent eu aussi un carton, au moins je ne suis pas la seule 😉

Je me remets dans la course et une fois la moto partie je vois passer un petit peloton, non mais sérieu !! J’ai vraiment pas eu de bol sur ce coup là 😉

Bref la course continue et je ne me laisse pas abattre, j’ai de plus en plus mal au séant et le vent qui ne veut pas se calmer, je commence à trouver le temps vraiment long sur ma monture. Je peste, « quel sport de con »,  « pourquoi je me suis lancée là dedans ? »… Je fais les décompte des kilomètres restants : plus que 30km, plus que 20, 10…et finalement j’arrive, ça y est ! Oui mais maintenant je dois courir !! Et je vois cette ribambelle de coureurs qui n’ont pas forcément l’air de passer un bon moment dans la chaleur du Nord. Pas d’avance, j’ai signé pour un half, je vais maintenant chausser mes baskets et m’élancer sur les 21km. Ce sera après mon arrivée fracassante dans le parc à vélo : comme à mon habitude j’enlève les scratchs de mes chaussures vélo pour descendre en toute légèreté en passant ma jambe par dessus la selle… Oui mais là j’ai fait 90km et je n’arrive pas à passer ma jambe par dessus la selle, bloquée ! Je manque de tomber juste avant la ligne, grande classe !

velo-chtriman-2019

Pas grave on a rien vu, je me dirige dare dare vers mon emplacement, j’enfile me baskets et m’apprête à sortir du parc à vélo quand je vois la Penalty Box. J’hésite un moment, pourquoi les arbitres ne scandent pas mon numéro de dossard « 108, pénalité !! » ? Ne m’ont ils pas vue ? Je me décide quand même à aller voir les arbitres en leur disant que j’ai une pénalité, c’est là que j’apprends que j’en ai même deux !! Bon sang, pourquoi deux ? Au jour d’aujourd’hui je ne sais toujours pas, je ne me suis peut-être pas reculée assez rapidement de la roue de Thierry dans le feu de l’action…

Bref, tout ça pour dire que je dois attendre 2 fois 5 minutes aux côtés des arbitres dans cette petite tente jaune, fort agréable somme toute. Je prends le temps de me reposer au frais et de discuter avec Claire et Estelle qui sont là. Charles et la petite bande de Versailles sont en face : « ben alors, qu’est-ce que t’as foutu ? », je  me marre… Heureusement que je me suis manifestée, si j’étais passée sans rien dire j’aurais été disqualifiée, ça rigole pas en triathlon ! Bon allez j’ai hâte d’aller courir maintenant !

penalty-box

La course à pied : en mode pilote automatique

Je pars sur un bon rythme et je me sens bien, ça fait plaisir. Je discute avec un des concurrents sur quelques mètres puis je reprends ma route, il fait chaud mais il y a du vent (et oui il est toujours là, mais cette fois je l’apprécie), c’est supportable. Je décide de m’arrêter à tous les ravitos pour boire et manger. Des jeunes m’aspergent avec un jet d’eau, le bonheur ! La partie le long du bassin de l’Aa est vraiment longue, je me dis souvent « mets toi en pilote automatique et déroule jusqu’à la fin » et c’est ce que je fais. Je vois la zone du village se rapprocher tout doucement et je double de plus en plus de coureurs qui terminent l’Ironman, respect messieurs !

Enfin j’arrive à la butte, un petit tour en haut avant de redescendre et de repartir pour une deuxième boucle, c’est là que je croise la bande de Versailles au taquet pour m’encourager 🙂 Je me doute que cette partie va être plus compliquée que la première. Heureusement je croise mon père sur le bord du bassin et qui m’encourage, ça me rebooste pour la suite ! J’arrive à maintenir mon rythme à presque 10km/h, je suis bien. Je sais ce qui m’attend et la deuxième ligne droite me paraît bien longue mais les encouragements d’un supporter surprise me font un bien fou et me portent vers la fin. A partir du 15e km je commence à avoir un peu mal partout et les trois derniers kilomètres me paraissent interminables. J’ai hâte d’arriver !

Allez ca sent la fin, j’aperçois le village, le tapis qui mène à la ligne d’arrivée et l’arche d’arrivée, ça y est !! Je franchis la ligne en 6h27, temps sur le papier mais mon temps réel est bien de 6h17 sans les pénalités, je suis trop fière !!

Chtriman113-arrivee

Je retrouve mon père et mes amis à l’arrivée, je suis très heureuse de l’avoir fait et d’être arrivée au bout de ce half Ironman® aussi en forme (merci Manu !) et je suis étonnée de ne pas être plus émue…  Je m’étais imaginée une arrivée pleine d’émotion et je la vis plus comme une formalité, ça c’est fait ! Bon j’avoue que je n’ai pas pris autant de plaisir que sur un S ou un M et je sais que je vais désormais me concentrer sur les courtes distances, c’est là que je kiffe !!

Je retrouve mes collègues au stand récup avant de reprendre ma voiture direction Cassel chez mon père qui m’a préparé un bon dîner ! La meilleure façon de terminer cette journée sportive 🙂

Et vous, comment c’était votre premier half ?